Lettre ouverte aux responsables administratifs et politiques du DPC

Lettre ouverte aux responsables administratifs et politiques du DPC

Mesdames, Messieurs,

Nous sommes extrêmement inquiets des décisions prises par la commission paritaire, sous la pression des projections financières de l’OGDPC. La résolution votée en séance le 20 mai dernier stipule que « la section paritaire des médecins décide : d’évaluer le 15 juin le montant prévisionnel engagé pour les inscriptions des médecins estimé au 30 juin 2015, sur la base des calculs effectués par l’OGDPC ; si ce montant est supérieur ou égal à 60 millions d’euros, de fixer à 250€ le forfait d’indemnisation des médecins pour les programmes de DPC non présentiels et présentiels avec réunion de moins de 3h à partir du 1er juillet 2015 ; d’assurer un suivi détaillé du montant prévisionnel engagé pour les inscriptions des médecins et de refaire le point au 15 septembre 2015 pour envisager le cas échéant d’autres mesures ». Il est précisé également « que la section paritaire demande à l’OGDPC de réaliser des simulations d’ici le 15 juin prochain ».

Cette résolution est d’abord en contradiction totale avec les préconisations de la Haute Autorité de Santé en matière de concept et de méthode du DPC. Elle annonce une régression majeure car elle signifie la fin de la formation professionnelle à distance qui représentent plus de la moitié des formations dispensées aux médecins. C’est ainsi que l’essentiel des phases d’analyse de pratique et de suivi des améliorations, avant et après la phase cognitive, les observatoires, les registres, les tests de concordance de scripts etc., sont aujourd’hui dématérialisés.

Elle est inéquitable, car les méthodes de formation à distance sont privilégiées par une nouvelle clientèle de professionnels de santé et par les spécialistes en particulier. Enfin, ce serait ignorer la donnée de l’éloignement qui constitue un frein à l’accès à la formation pour les médecins des DOM par exemple. C’est donc une négation de la réalité : preuve en est qu’elle est plébiscitée par les médecins[1].

Cette décision est par ailleurs infondée : rien ne semble prouver aujourd’hui que les formations présentielles soient plus efficaces ou plus performante en termes d’amélioration de pratique que les formations à distance[2]. Elle ne semble que signer la volonté de certains, administrateurs et/ou opérateurs, de revenir aux formations présentielles exclusives affichant un archaïsme affligeant en matière de formation. Trois mois de concertation sur le DPC n’ont en aucun cas fait ressortir ce résultat, bien au contraire la concertation a largement ouvert le champ et les méthodes du DPC.

S’il existait un danger de surconsommation de l’enveloppe budgétaire du DPC, ce n’est pas en stigmatisant une méthode que l’on résoudra le problème. Qu’il existe davantage d’opacité sur la qualité et la crédibilité de certaines prestations offertes en formation non présentielle pose le problème de l’absence de contrôle cent fois dénoncés par toutes les instances professionnelles, et par l’IGAS. Cela ne justifie en aucun cas de porter le discrédit sur la totalité de ces activités de formation, ni a fortiori qu’elles soient les seules impactées par les mesures financières restrictives.

L’équité serait de faire porter une partie de l’effort sur tous les programmes, qu’ils s’agissent de formations présentielles et/ou non présentielles et quel que soit le temps passé. L’économie ainsi réalisée serait bien supérieure et probablement suffisante à l’équilibre des comptes.

Nous exigeons que toutes les simulations soient étudiées dans ce sens et présentées avant le 15 juin prochain à la commission paritaire, pour qu’elle puisse prendre des décisions véritablement éclairées.

A cet égard, la CSMF dénonce la situation parfaitement intenable dans laquelle se trouve la commission paritaire à qui l’on demande de former toujours plus de médecins dans une enveloppe réduite chaque année de plusieurs millions d’euros (- 15M€ en 2015).

La CSMF ne laissera pas détruire un dispositif acquis de longue date et initialement dévolu à la négociation et aux arbitrages conventionnels.

Dans cette attente, nous vous prions d’agréer, Mesdames, Messieurs, l’assurance de nos respectueuses salutations.

[1] Source OGDPC 2014 : 15485 médecins formés en présentiel et 15140 en non présentiel.[2] Guide HAS sur le E.Learning en cours de publication.