Comptes de la Sécurité sociale : la CSMF au rendez-vous

Comptes de la Sécurité sociale :

la CSMF au rendez-vous

La CSMF, membre de la commission des comptes de la Sécurité sociale qui s’est tenue hier, constate que, comme à l’habitude, le rapport des comptes de la Sécurité sociale n’a pas été adressé antérieurement et dans un délai raisonnable afin qu’elle puisse en prendre connaissance, ce qui traduit un nouveau signe du déni de démocratie auquel nous assistons depuis quelques temps.

La CSMF a constaté que, grâce au comportement vertueux des médecins libéraux, le déficit de la CNAM concernant l’Assurance maladie s’est réduit de 0,3 milliards d’euros, en amélioration de 0,8 milliards d’euros par rapport à la prévision de la Loi de Financement de la Sécurité sociale de 2014, pourtant déjà très contrainte. Les prévisions d’un ONDAM 2016 historiquement bas à 1,75 % mettent gravement en danger la satisfaction des besoins de soins des patients. Cette réduction drastique ne suffira pas à résoudre le problème du déficit chronique de la Sécurité sociale ; c’est pourquoi la CSMF souhaite que l’on aborde sans tarder le débat de fond du financement de la Sécurité sociale : il faut sortir des aléas des problèmes économiques et faire de la santé une priorité nationale avec le virage ambulatoire tant annoncé. Cet ONDAM sera évidemment insuffisant pour relever le défi des pathologies chroniques.

Au-delà des mots incantatoires, il faut donner les moyens à la médecine libérale pour réaliser le virage ambulatoire dont la France a besoin et que tout le monde demande. Le taux d’hospitalisation des Français est l’un des plus forts d’Europe et nous savons tous que la deshospitalisation du pays aidera à la fois les comptes de la Sécurité sociale et les patients qui y gagneront en confort, en sécurité et en qualité des soins. Pour cela il faut pour la médecine libérale de proximité, médecins généralistes et médecins spécialistes, les moyens à la hauteur de la place qu’ils occupent aujourd’hui et qu’ils pourraient occuper demain.

La CSMF rappelle que le coût d’une consultation coordonnée de généraliste et de spécialiste en une seule journée coûte bien moins cher à l’Etat qu’une seule journée d’hospitalisation ou le recours à un service d’urgences hospitalières.

Dr Jean-Paul Ortiz – Président

06 07 86 08 83

jp.ortiz@csmf.org