» Communiqués » AVENUE DE SEGUR : LA FOLLE FUITE EN AVANT
 
mardi 14 avril 2020
 
Tout déplier Tout replier

 

AVENUE DE SEGUR : LA FOLLE FUITE EN AVANT

 

AVENUE DE SEGUR : LA FOLLE FUITE EN AVANT

50 000 médecins et futurs médecins dans la rue pour dire NON à un projet de loi qui sacrifie la Santé des français au nom d’une idéologie.

50 000 à crier qu’ils n’accordent plus aucune confiance envers une Ministre coupable de mensonges et de fourberies au travers des groupes de travail pour la réécriture de la loi.

L’UNOF-CSMF, premier syndicat de médecins généralistes libéraux, condamne l’autisme de la Ministre de la santé qui, après avoir demandé aux syndicats de médecins libéraux de participer à des groupes de travail pour réécrire son projet de loi, a imposé au rapporteur d’un des groupes de travail de réécrire trois fois son rapport afin qu’il convienne à la Ministre quitte à faire disparaitre les conclusions des auditions sur les transferts de compétences.

L’UNOF-CSMF condamne l’acharnement de la Ministre de la Santé contre les spécialistes en médecine générale. Non seulement, elle refuse l’ouverture de négociations tarifaires pour permettre la revalorisation de la consultation du spécialiste en médecine générale, mais elle persiste dans sa volonté de détruire le métier du médecin généraliste par la mise en œuvre de la vaccination dans les pharmacies et la prise en charge par des infirmières cliniciennes des patients atteints de pathologies chroniques.

L’UNOF-CSMF condamne l’aveuglement dont fait preuve la Ministre de la Santé qui, au nom de l’idéologie, est prête à tout pour mettre en place un tiers payant généralisé obligatoire :
- Imposé aux médecins généralistes libéraux un coût de gestion du tiers payant généralisé de 4,35 € par acte selon une dernière étude sur 24 centres de santé,
- Faire des prélèvements sur les comptes bancaires des patients pour récupérer les franchises,
- Dépenser un milliard d’euros pour sa mise en œuvre alors que personne ne sait si cela est réalisable.

Face à une telle fuite en avant où l’idéologie ne laisse plus aucune place à la raison, l’UNOF, au sein de la CSMF, a décidé de ne plus participer aux groupes de travail mis en place par la Ministre.

L’UNOF-CSMF appelle l’ensemble des médecins généralistes libéraux à poursuivre la grève administrative (déclaration MT, arrêt de travail, …) sans pénaliser leurs patients par la grève de télétransmission (quelques feuilles de soins papiers quotidiennes par médecin suffisent à maintenir l’embolisation des CPAM) et à refuser de recevoir dans leurs cabinets les délégués de l’assurance maladie et les médecins conseils.

L’UNOF-CSMF remercie les patients qui font preuve d’un grand élan de solidarité envers leur médecin généraliste depuis le début de ce mouvement, manifestant aussi, ainsi, leur inquiétude concernant les modifications profondes du système de santé.

Enfin, et dans l’attente de nouvelles actions lors de la présentation du projet de loi devant les parlementaires, l’UNOF-CSMF demande à ses cadres départementaux d’organiser dans chaque département des réunions avec l’ensemble des médecins libéraux et les représentants des principaux partis politiques afin que chacun d’entre eux se positionnent sur ce projet de loi.

Cette folle fuite en avant idéologique de la Ministre de la Santé, si nous n’y mettons pas fin rapidement, va mener la Santé, les patients et leurs médecins généralistes, droit dans le mur, le mur de la médiocrité et de la démagogie.

 
 
Publié le mardi 17 mars 2015

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter
  Mis à jour le mercredi 10 juin 2015